IDLS TRADING
Accès Formation

CFD, Qui fait la différence ?

 

Apparu au début des années 1990, le CFD est un contrat de gré à gré entre un trader et son courtier.

Le contrat est sensé refléter le cours d’un sous-jacent non détenu. Il peut porter sur un indice, une devise, une matière première, une action, ...

A la clôture d’une position, si le cours est en la faveur du trader, il reçoit la différence sur le compte à l’inverse si le cours est en sa défaveur, le compte sera débité de la différence.

Le courtier étant la contrepartie, il peut décider de se couvrir ou de supporter le risque de créditer la différence. C'est pourquoi le nom de « contract for difference ».

Une position sur un CFD n’aura aucun impact sur le sous-jacent car il ne sera jamais possédé, par exemple le trader peut passer un ordre d'achat au marché sur des plus hauts, il ne va pas créer de nouveaux plus hauts.

Cet instrument offre la possibilité de trader avec du levier, c’est-à-dire d’ouvrir des positions pour un montant supérieur au capital disponible sur le compte, ceci peut avoir la conséquence d’être un multiplicateur de gain ou de perte. Un des avantages est qu'il n'a pas de date d’échéance et cote 24h/24, cependant à chaque fin de journée le trader doit financer les positions qui restent ouvertes, un autre avantage  est la possibilité de trader le contrat en décimales (exemple achat de 0,4 contrat).

Le problème de cet instrument est l'opacité et le mécanisme de passation des ordres car il n’y a qu’un seul intermédiaire qui offre à la fois la plateforme, le flux et la liquidité. Le courtier se rémunère sur la contrepartie, le financement du levier, le spread et/ou les commissions, il sera d'autant plus rémunéré que les ordres (et pertes) sont fréquents et avec du levier.

Exemple

Le 12 mars 2020 CFD sur Eurostoxx 50 (graphique en haut), le courtier arrête la cotation entre 10h05 et 10h45 pour raison inconnue et qui lui est propre tandis que sur les contrats Futures Eurostoxx 50 Mars (graphique en bas) ainsi que Juin la cotation continue normalement et sans aucune interruption.

Dans cet exemple le trader du CFD n’a pas la possibilité d’effectuer de transaction durant ce laps de temps, en position il aura la possibilité d’en sortir au prix fourni lorsque le courtier décide de reprendre la cotation, dans ce cas à 10h45.

 

Le fait que trop de personnes perdent de l'argent trop rapidement a amené les autorités à interdire les CFD  aux USA depuis 2010, mais on peut également penser que le CFD a été vu comme potentiel concurrent par les places de marchés Futures qui sont très influentes.

 

 

Accéder à mes formations 
cliquez-ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

IDLS TRADING
© COPYRIGHT 2020 - IDLS TRADING
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram